Doit-on croire les «logos santé» sur les étiquettes d’aliments transformés?

Vous les voyez, de plus en plus nombreux, sur divers emballages de produits alimentaires. Leur but avoué: vous orienter vers des produits meilleurs pour votre santé. Est-ce vraiment le cas?

La plupart de ces logos sont créés par les compagnies elles-mêmes. En voici quelques exemples:

 

Bien choisir, bien vivre (PepsiCo)

 

Sensible Solution (Kraft)

 

 

 

Menu bleu (Loblaws, le choix du Président)

 

Ces logos sont donc autoproclamés. Leur but réel est de séduire le consommateur qui se préoccupe de sa santé. Ils ne sont conçus que comme arguments de marketing, par et pour le fabricant / distributeur. Ils sont parfois plus santé (ex: moins de sucre, de sel ou de gras trans) et parfois non (ex : remplacement du sucre par des édulcorants synthétiques). Le consommateur informé sera donc plus ou moins sceptique.

Cette pratique est décriée depuis des années (voir la liste des ressources complémentaires plus bas). Je me souviens entre autres de Daniel Pinard, sociologue et journaliste, qui a animé une série d’émissions de cuisine très populaire au Québec. Dans l’une de ses émissions, il s’est emporté à propos d’une compagnie (Campbell’s, pour ne pas la nommer) qui indiquait sur les étiquettes de ses soupes qu’elles contenaient 50% moins de sel. En réalité, la soupe n’avait pas changé. Seule la portion sur l’étiquette avait changé: elle était passée de 250ml à 125ml. La compagnie affirmait donc qu’une portion contenait 50% moins de sel qu’avant…

Aujourd’hui, l’organisme américain derrière le logo Heart Check, l’American Heart Association (AHA), poursuit Campbell’s pour des raisons similaires. En effet, cette compagnie affiche le logo Heart Check sur plus de 30 produits, sans suivre les directives de l’association (voir AHA, Campbell Soup Sued for Fraud. By Chris Kaiser, Cardiology Editor, MedPage Today. Published: Aug 19, 2013). Le différent repose, encore ici, sur le contenu en sel. Les soupes contiennent plus de 2 fois trop de sel par rapport aux recommandations de l’AHA. Cette poursuite met en lumière le fait que, pour bien manger, il faut s’informer.

Logos de tiers

Les logos de tiers certifient que le produit correspond aux critères de sélection d’un organisme qui, officiellement, a notre santé à cœur. Notez que ces critères ne garantissent pas que l’aliment est réellement santé. Encore ici, il est possible que l’aliment comporte moins de sucre, mais plus d’édulcorant synthétique. Dans cette catégorie, on retrouve par exemple:

 

Visez santé (Fondation des maladies du cœur)

 

 

 

Heart check (aux États-Unis)

 

 

Finalement, mieux vaut lire les étiquettes et comparer soi-même les produits. On devrait d’abord manger et cuisiner des aliments frais, complets et le moins transformés possible. Il n’y a pas (et j’espère qu’il n’y en aura jamais) de logo santé sur un bouquet de carottes fraîches ou sur un bulbe d’ail. Alors, fions-nous d’abord à la fraîcheur, à la provenance de nos aliments, à notre nez et à nos yeux pour choisir, et informons-nous.

Lisez aussi Les aliments fonctionnels ne sont-ils qu’un mirage marketing?

Bon appétit.

 

Ressources :

 

8 réflexions au sujet de « Doit-on croire les «logos santé» sur les étiquettes d’aliments transformés? »

  1. Benoit Bedard

    Bravo, pour votre article. Je souhaite qu’il y ai de plus en plus de professionnels de la santé qui se prononce. Cuisiner sois même des produites frais et non transformés. Merci

    Répondre
  2. Louis Bergeron

    On peut consulter l’ouvrage SALT SUGAR AND FAT un best-seller américain à ce propos. L’auteur donne une multitude d’exemples de ces fausses publicités. Il semble que cet ouvrage remarquable publié en 2013 sera traduit en français. J’ai lu énormément de textes et volumes sur l’alimentation et celui-ci rejoint TOXIC et TOXIC NATION (en français malgré le titre) dans mon palmarès des plus importants.

    Répondre
  3. claudette leboeuf

    Merci Jean-Yves, même informée et faisant attention, cuisinant mes mets, il reste des biscuits que j’achète de temps en temps, du yogourt, fromages, du pain et je constate qu’il est difficile d’acheter un produit sans additif synthétique, même les meilleures marques et le bio.

    Bonne fin de semaine!

    Répondre
  4. Diane Monette

    C’est toujours un coup de vent frais que de te lire, Jean-Yves. Merci beaucoup pour toutes ces informations précieuses que je retransmets souvent, verbalement ou directement en lien avec ton site. Nous n’avons jamais fini d’apprendre les dessous d’un empire colossal de profits érigé dans le plus total irrespect de la Vie, des personnes et de la Terre…..
    Mais, je suis certaine que nous touchons la fin de cet ère par la conscience de chacun qui s’éveille. Et ce à tous niveaux.
    Avec toute mon amitié et mon admiration, grand merci pour ta précieuse contribution.

    Répondre
  5. Anna Maria De Luca

    Bonjour M.Dionne. Les super marchés débordent régulièrement avec des nouveaux produits. Il faut freiner notre tentation d’aller vers les empaquetages avec une liste d’ingrédients à n’en plus finir. Merci de prendre le temps de nous informer. Anna.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>