Avez-vous assez d’ iode ?

L’ iode est un élément primordial à la santé de la glande thyroïde. Lorsque nous manquons d’iode, le corps réagit en augmentant la taille de la thyroïde. C’est ce qu’on appelle un goitre (masse bénigne située au bas du cou).

Ça, c’est ce que j’ai appris à l’école. Mais il semble que l’effet de l’iode soit beaucoup plus complexe et varié que ce que l’on croyait. D’ailleurs, on lui attribue aujourd’hui des rôles dans la prévention des kystes et des cancers du sein 1 ainsi que dans le fonctionnement des glandes salivaires et du thymus 2.

La petite histoire du sel iodé

L’iode (I2) est présent dans l’eau de mer, mais pas dans le sel de mer. Pourquoi? Parce qu’il est volatile. Il s’évapore donc lors du séchage du sel. Pour obtenir du sel iodé, on doit y ajouter de l’iodure de potassium (KI), beaucoup moins volatile que l’iode pur. L’iodure de potassium a également l’avantage d’avoir un gout moins prononcé et de ne pas modifier la couleur du sel (l’iode varie en couleur du violet au brun).

Le sel iodé, le premier aliment fonctionnel fortifié, a été créé en 1924 en Amérique (et depuis plus longtemps en Suisse) pour pallier la carence en iode qui était alors très fréquente. Le principal symptôme de carence en iode, le goitre, est aujourd’hui pratiquement disparu.1,3

Iode «synthétique» ou «naturel»?

Le sel iodé est-il bon pour vous? On entend parfois dire que l’iode «synthétique» (KI) du sel iodé est moins bon que l’iode «naturel» (I2). Eh bien, c’est faux. Une fois en solution dans l’organisme, ces 2 formes libèrent le même iode ionique (I). Vous avez bien lu: le même. Il est identique. Ensuite, un transporteur dans l’intestin se lie à l’iode (I) et le fait pénétrer de façon active dans l’organisme.4

Donc, lorsqu’on comprend la chimie et la physiologie, on se rend bien compte qu’il n’y a pas de différence pour le corps entre le I provenant de l’iode «synthétique» et celui provenant de l’iode «naturel».

Et le potassium (le K du KI)? Cet élément est nécessaire à une bonne santé cardiovasculaire et la plupart d’entre nous n’en mangeons pas assez. Donc, c’est un plus!

Sel iodé ou sel de mer?

Par contre, si l’iode ionique (I) est identique qu’il provienne du KI ou du I2, il faut tout de même prendre en considération les autres ingrédients du sel de table. Eh non, tous les sels de table ne sont pas égaux! Si l’iode qu’ils contiennent est bien absorbé, les autres substances qu’on y additionne ne sont pas toutes bonnes pour vous!

En effet, le sel de table iodé est souvent additionné d’agents antiagglomérants comme du trisilicate d’aluminium (oui, oui, on vous fait manger de l’aluminium!) ou du sucre.

Quand aux sels bruts comme les sels de mer ou de terre (ex: sel de l’Himalaya), ils sont plus riches en divers minéraux (comme le magnésium) que le sel de table qui, à la base, n’est que du NaCl (chlorure de sodium).

Pour en savoir plus sur la consommation de sel:

Le sel que j’utilise

Chez moi, j’utilise un sel de mer iodé (le meilleur des 2 mondes!) qui contient du sel de mer, de l’iodure de potassium (KI) et du carbonate de magnésium (MgCO3). Pour varier, j’aime aussi utiliser divers sels comme du sel rose, ou noir, ou rouge…

Qu’est-ce que l’iodine nascent?

Iodine est le mot anglais pour iode; nascent est la traduction de natif. Donc, «iodine nascent» signifie «iode natif». Il faut remonter en 1913 pour trouver des mentions de cette forme d’iode dans des traitements.5 Certains sites mentionnent qu’Edgar Cayce serait à l’origine de cette utilisation.6

Qu’a-t-il de spécial?

La «particularité» de l’iode natif serait de contenir l’iode sous forme ionique (I). Sur le marché, l’iode natif est disponible en solution:

  1. dans l’eau (à une concentration minime – maximum 0,03% – puisque l’iode est peu soluble dans l’eau);
  2. dans l’alcool (il s’agit alors d’une banale teinture d’iode qu’on nous vend avec un nom de fantaisie et à prix élevé).

Finalement, l’iode natif n’a rien de spécial à part son marketing. Si vous voulez vraiment un supplément d’iode, demandez à votre pharmacien de la teinture d’iode (concentration de 2,5% à 10%) ou de la solution Lugol (jusqu’à 15%).

Quelle est la meilleure source d’ iode?

Les meilleures sources d’iode sont les produits de la mer: algues, poissons et fruits de mer. Lorsqu’un supplément est nécessaire, la solution Lugol et la teinture d’iode sont des sources acceptables.

L’iode est aussi absorbé par la peau, mais attention, ça tache!

Combien d’ iode devrait-on prendre?

Au Canada, l’apport nutritionnel de référence pour un adulte est de 150 mcg (microgrammes) d’iode par jour. Les opinions sont partagées à propos de ce dosage. En effet, dans le New England Journal of Medicine de 2006, on propose 400 mcg comme apport pour obtenir les effets santé désirés.7 On sait qu’au Japon, où les habitants sont de grands consommateurs d’algues, l’apport alimentaire peut facilement dépasser plusieurs milligrammes (mg) par jour.1 Avec les dernières découvertes sur les rôles de l’iode (kystes, cancers du sein, glandes salivaires et thymus), on peut présumer que les apports de référence seront appelés à augmenter.

Santé Canada propose un apport maximal tolérable de 1000 mcg (1mg) par jour. Ça n’empêche pas certains médecins et thérapeutes de proposer des dosages beaucoup plus élevés.

Est-ce dangereux?

Les apports plus élevés, chez les Japonais par exemple, sont associés à une légère augmentation de l’hypothyroïdie. Des doses quotidiennes de l’ordre de 20mg (20 000 mcg) ont été associées au développement de nodules dans la thyroïde.

Ajoutez-y du sélénium

Le sélénium est le minéral qui joue en tandem avec l’iode. Donc, si vous augmentez vos apports en iode, assurez-vous d’avoir suffisamment de sélénium pour ne pas déséquilibrer votre ratio iode/sélénium.8 Mieux vaut consulter un professionnel compétent en supplémentation avant de commencer. D’ailleurs, si vous pensez que votre iode est trop bas, pourquoi ne pas simplement manger régulièrement des algues?

Santé!

JYD

Références:

  1. Monograph. Altern Med Rev. 2010 Sep;15(3):273-8. Review. PubMed PMID: 21155628. http://www.altmedrev.com/publications/15/3/273.pdf
  2. Venturi S, Venturi M. Iodine in evolution of salivary glands and in oral health. Nutr Health. 2009;20(2):119-34. Review. PubMed PMID: 19835108. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19835108
  3. Group E. Iodine in Salt: Why Is It Added? June 11, 2014. https://www.globalhealingcenter.com/natural-health/iodine-in-salt/#1
  4. Nicola JP, Carrasco N, Masini-Repiso AM. Dietary I(-) absorption: expression and regulation of the Na(+)/I(-) symporter in the intestine. Vitam Horm. 2015;98:1-31. doi: 10.1016/bs.vh.2014.12.002. Review. PubMed PMID: 25817864. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25817864
  5. Bedford PW. The nascent iodine treatment of Lupus Nasi. Br Med J. 1913 Apr 12;1(2728):767. PubMed PMID: 20766583; PubMed Central PMCID: PMC2298920. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2298920/
  6. IodineSupplementation with Nascent Iodine https://www.naturodoc.com/nascent_iodine.htm
  7. Utiger RD. Iodine nutrition–more is better. N Engl J Med. 2006 Jun 29;354(26):2819-21. PubMed PMID: 16807421. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16807421
  8. Köhrle J. Selenium and the thyroid. Curr Opin Endocrinol Diabetes Obes. 2015 Oct;22(5):392-401. doi: 10.1097/MED.0000000000000190. Review. PubMed PMID: 26313901. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26313901

Photo: JPS68 (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

14 réflexions au sujet de « Avez-vous assez d’ iode ? »

  1. Christine

    Bonjour Jean-Yves,
    Une fois de plus, je suis ravie de lire un de vos articles… Vous parlez qu’il existe du sel de mer IODÉ? Pourriez-vous me donner un « exemple » de marque car je n’en ai pas trouvé alors que j’en cherchais… Merci l’avance! Et surtout, merci encore, pour votre INDISPENSABLE travail…
    Longue vie (en santé…)!

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Suzanne
      Le varech, le fucus et les principales algues de mer sont de très bonnes sources d’iode.
      Sante!

      Répondre
      1. Yves Garneau

        Est-ce qu’il ne faudrait pas rajouter que les algues doivent être fraîches et non séchées car d’après votre article le sel est volatile ?

        Répondre
        1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

          Bonjour Yves
          Ce serait logique mais dans les aliments (algues, poisson, etc.) l’iode est fixée dans la matrice. Donc, elle ne s’évapore pas.
          Santé!

          Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Thomas
      Le varech/kelp, le fucus et les principales algues de mer sont de très bonnes sources d’iode.
      Sante!

      Répondre
  2. Thomas Thibault

    Mieux l’iode des algues que dans le sel, celui du sel proviendrait de déchets industriels.. J’avais lu un article là dessus

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Thomas
      Peut-être, mais comme il s’agit d' »une substance purifiée, le risque est éliminé. Mais vous avez raison, d’abord l’aliment
      Santé!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *