Acidification: mythe ou réalité

Sur le site Extenso.org, on peut lire que la notion d’acidification du corps est un mythe, que: «Acide ou non, aucun aliment n’influence le degré d’acidité du sang ou des cellules de votre organisme.»(1) Cette dernière affirmation est vraie, mais la conclusion qu’on en tire est tellement simpliste qu’elle en devient erronée. Parce que les pH sanguin et cellulaire ne changent pas, on en déduit que l’acidification est un mythe! Vous remarquerez d’ailleurs que les articles du site Extenso.org ne sont pas ou presque jamais référencés, comme si leur opinion faisait force de loi. La science, la vraie, n’a rien en commun avec une approche dogmatique basée sur les croyances personnelles. Bien au contraire, elle se fonde sur le doute scientifique et la démonstration. Il est donc important de remettre les pendules à l’heure, de sortir de l’opinion, si universitaire soit-elle, et d’entrer de plein pied dans l’explication des mécanismes à partir des faits et de la science.

Qu’est-ce que l’acidification?

Primo, il est vrai que le corps met absolument tout en œuvre pour que le pH du sang se maintienne à 7,4 (entre 7,36 à 7,44). La moindre variation hors de ces limites implique un désordre pathologique aux conséquences graves: l’acidose ou l’alcalose métabolique. Ces deux conditions mènent tout droit à l’hôpital.

Cependant, lorsqu’on affirme que l’acidification est un mythe, on élude la véritable question: Quel est l’effort que doit fournir le corps pour maintenir l’alcalinité du sang? C’est dans cette recherche du mécanisme qu’on comprend l’importance de l’équilibre acido-basique.

Une variation des pH cellulaire et sanguin (même si elle est aussi minime que 0,01) modifie l’état des molécules en solution dans et autour des cellules. Ainsi, une molécule acide est ionisée (scindée en ions positif et négatif) dans une solution alcaline. Par exemple, lorsqu’ajoutée à un liquide légèrement alcalin, l’acide acétique (vinaigre) se divise en sa molécule de base (CH3COO-) et son proton (H+). Dans un liquide acide, il ne se divise pas (CH3COOH). L’ionisation des molécules affecte les échanges entre les cellules et le milieu ambiant extracellulaire. Par exemple, une certaine molécule traversant la membrane cellulaire dans un état neutre peut ne pas la traverser dans un état ionique, ou vice versa. Ce transport selon l’état ionique varie d’une molécule à l’autre en fonction de leurs transporteurs respectifs ou de la diffusion passive.

Lorsqu’une trop grande quantité de molécules acides (déchets métaboliques) se retrouve dans le liquide extracellulaire, le système devient surchargé, limitant sa capacité à éliminer ces déchets.

Pour bien illustrer les mécanismes en cause, prenons l’exemple de la caféine. Une fois qu’elle a produit son effet stimulant, la caféine doit être métabolisée et ensuite éliminée. Le métabolite de la caféine est l’acide urique, un acide que vous connaissez peut-être pour son rôle dans la goutte. Comme cet acide est difficile à éliminer par le rein, le corps le neutralise pour en faire un sel (neutre = plus facile à éliminer). Cette neutralisation s’accomplit à l’aide des minéraux alcalins du corps, notamment le calcium, le magnésium et le potassium (via les structures qu’on nomme les tampons carbonates ou phosphates… mais ceci nous amènerait trop loin et l’explication deviendrait nébuleuse… si elle ne l’est pas déjà 🙂 ). En bout de ligne, nous obtenons un sel neutre de l’acide urique nommé urate de calcium (ou de magnésium, potassium, etc.).

Conséquences de l’acidification

Vous aurez compris que la neutralisation des acides par les minéraux entraine automatiquement une augmentation de l’élimination de ces mêmes minéraux. Si la diète n’apporte pas en abondance les aliments qui génèrent des outils de neutralisation (des minéraux alcalins, des déchets alcalins), le corps doit puiser dans ses réserves pour fournir ces minéraux. Ces réserves, ce sont les os. L’acidification du terrain (ou du corps) est donc reconnue par plusieurs experts comme la cause première de l’ostéoporose.(2,3)

Cet effort de neutralisation n’est pas seulement un facteur de risque de l’ostéoporose. L’acidification est impliquée dans de nombreuses conditions qui sont des conséquences directes ou indirectes de l’épuisement des capacités de neutralisation et d’équilibre. La diète acidifiante est associée à:

* Perte de magnésium (4)

* Augmentation du poids corporel (5)

* Augmentation du tour de taille (syndrome métabolique) (5)

* Marqueurs de maladies cardiaques (6)

Cholestérol élevé

–  Hypertension

Acide urique (syndrome métabolique & goutte) (7)

* Lien potentiel avec le risque de cancer

* Réduction de la résistance au stress (cortisol élevé) et troubles de l’humeur (8)

* Réduction de la masse osseuse (9)

On comprend donc l’importance de l’équilibre acido-basique dans le maintien de la santé et la prévention de la maladie.(10)

Qu’est-ce qu’une diète acidifiante?

Il faut d’abord distinguer un aliment acide d’un aliment acidifiant. Un aliment acide, comme les agrumes ou la tomate, a lui-même un pH acide. Un aliment acidifiant peut quant à lui avoir un pH alcalin, neutre ou acide. On définit un aliment acidifiant comme un aliment qui, une fois métabolisé, génère des déchets acides dans le corps. Ainsi, une viande rouge est acidifiante parce que ses protéines génèrent divers acides (dont l’acide urique) dans le corps, mais, dans votre assiette, son pH se situe très près du neutre.

Une diète acidifiante comprend beaucoup d’aliments acidifiants et peu d’aliments alcalinisants. On détermine la qualité acidifiante ou alcalinisante des aliments par un test nommé PRAL (Potential Renal Acid Load) ou charge rénale acide potentielle (potentielle parce que cette mesure se fait dans l’aliment et présume du métabolisme pour calculer les acides qui seront créés dans le corps et éliminés par le rein). Plus la valeur du PRAL est élevée, plus l’aliment génère des acides. Plus il est négatif, plus l’aliment génère des bases (alcalins).

Les viandes rouges et les fromages (surtout les fromages industriels comme les tranches cinglées ou tous ceux dont la liste d’ingrédients commence par substances laitières modifiées) sont parmi les pires coupables. La diète Nord-américaine est l’exemple parfait d’une diète acidifiante: riche en protéines animales et en aliments raffinés ayant perdus leur nutriments utiles, et très pauvre en fruits et légumes, voire dépourvue d’aliments riches en nutriments.

Qu’est-ce qu’une diète alcalinisante?

À l’opposé, les aliments alcalinisants (qui ne sont pas nécessairement alcalins) fournissent des déchets alcalins ou des minéraux alcalins, véritables munitions pour lutter contre l’acidification. Les plus grands alcalinisants sont les légumes, particulièrement les légumes verts.(5)

Question d’équilibre

Vous l’aurez deviné, les aliments acidifiants sont beaucoup plus riches en protéines que les alcalins. Une diète parfaitement alcalinisante n’est donc pas idéale puisqu’elle comporte le risque très réel d’une carence en protéines. Ce qui, entre vous et moi, n’est pas mieux. L’important est donc de fournir suffisamment d’aliments alcalinisants pour équilibrer l’impact des aliments acidifiants.

Comme je me plais à le répéter, l’alimentation n’est pas une religion. Il faut chercher l’information et l’adapter à notre réalité pour en tirer le maximum de bénéfices.

Un dernier point

Certains auteurs laissent entendre que tous les aliments s’insèrent dans une échelle, des plus acidifiants aux plus alcalinisants. Théoriquement, c’est vrai. Par contre, sachez que les aliments n’ont pas tous été testés. Ici comme ailleurs, utilisez le GBS (gros bon sens). Évitez de faire de l’équilibre acido-basique une préoccupation majeure. Ce n’est qu’un aspect de la nutrition. Important soit, mais partie intégrante du casse-tête de la table.

Santé!

JYD

Références:

1. Certains aliments «acidifient» le corps. Échelle de crédibilité scientifique sur www.extenson.org 3 novembre 2009. Par Nutrium, centre de référence en nutrition de l’université de Montréal.

2. Tucker KL, Hannan MT, Kiel DP. The acid-base hypothesis: diet and bone in the Framingham Osteoporosis Study. Eur J Nutr 2001;40:231–7.

3. McGartland CP, J Robson PJ, Murray LJ, et al. Fruit and vegetable consumption and bone mineral density: the Northern Ireland Young Hearts Project. Am J Clin Nutr 2004;80:1019 –2

4. Rylander R, Remer T, Berkemeyer S, Vormann J: Acid-base status affects renal magnesium losses in healthy, elderly persons. Journal of Nutrition. 2006;136:2374-7.

5. Remer T, Berkemeyer S, Rylander R, Vormann J: Muscularity and adiposity in addition to net acid excretion as predictors of 24-h urinary pH in young adults and elderly. European Journal of Clinical Nutrition.2007;61:605-9.

6. Murakami K, Sasaki S, Takahashi Y, Uenishi K: Association between dietary acid-base load and cardiometabolic risk factors in young Japanese women. British Journal of Nutrition. 2008, 100:642-51.

7. Maalouf NM, Cameron MA, Moe OW, Adams-Huet B, Sakhaee K. Low urine pH: a novel feature of the metabolic syndrome. Clinical Journal of the American Society of Nephrology. 2008;2:883-88.

8. Torres SJ, Nowson CA, Worsley A. Dietary electrolytes are related to mood. British Journal of Nutrition. 2008;100:1038-45.

9. Wynn E, Lanham-New SA, Krieg MA, Whittamore DR, Burkhardt P: Low estimates of dietary acid load are positively associated with bone ultrasound in women older than 75 years of age with a lifetime fracture. Journal of Nutrition 2008;138:1349-54.

10. Vormann J, Remer T: Dietary, metabolic, physiologic, and disease-related aspects of acid-base balance: foreword to the contributions of the second International Acid-Base Symposium. Journal of Nutrition. 2008;138:413S-414S.

71 réflexions au sujet de « Acidification: mythe ou réalité »

  1. Marise Charron

    Merci beaucoup Jean-Yves !

    Très clair ! Un autre arguement à consommer des légumes dans le plaisir et surtout pour maintenir notre masse osseuse et prévenir pleins d’autres pathologies.

    Merci pour les références scientifiques probantes, c’est très apprécié de pouvoir s’y référer.

    Belle journée !

    Marise, nutritionniste

    Répondre
  2. Catherine Fradette

    Monsieur J-Y Dionne,

    La lecture du présent article m’a rappelé une expérience vécue à l’Institut de santé Hippocrate, Fla. À la recherche d’une diète alcalinisante, l’institut Hyppocrate m’a proposé, comme aux autres membres de mon groupe, un menu sans produits laitiers (lait, laitages,fromages, etc.), sans protéines animales d’aucune sorte, sans fruits sauf le citron. Donc, au menu, du jus d’herbe de blé, des légumes verts, des germinations, certaines céréales, des amandes, le tout sans aucune cuisson et, avec en prime pour plusieurs centaines de dollars de suppléments: enzymes digestives, bactéries lactiques, protéines…….. Où est l’équilbre?

    Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Catherine
      Vous touchez du doigt ce que j’appelle les religions alimentaires. On vous a surement obligé à manger cru ?
      Le principe de base est correct. L’application laisse à désirer…
      Santé!
      JYD

      Répondre
    2. Christian Arsenault

      Faut comprendre qu’à l’institut hypocrate en Floride, la diète est super alcaline parce que les gens qui s’y rendre sont pour la plupart très malade voire près de la mort. C’est drastique comme style de vie mais ça marche. Les gens resortent de là très souvent guéri, même de leur cancer stade 1, 2 ou 3. À eux de décider s’il veulent modérer ce régime ou façon de vivre.

      Sur quoi vous vous basez pour dire que l’application reste à désirer?!?… Avec ce commentaire, vous découragez les gens en partant. Moi, j’encourage les gens à l’alimentation vivante à 75% et le bio à 100%.

      Répondre
  3. Daniel Ste-Marie

    Bonjour M. Dionne,

    Mon PH urinaire est parfois bien éloigné du 7-7.4 idéal que plusieurs recommandent bien que je mange beaucoup d’aliments alcalins et que je me guide avec l’index PRAL.
    Je sais qu’il est normal qu’il soit plus bas le matin, etc. Il ne descend pas sous 6, peu importe le moment du jour, même si « je triche » avec un café ou 1 verre de vin(rare).
    Dans le but d’optimiser l’alcalinisation, je prend Alcabase selon la dose suggérée de 1 cuil. à thé 2 X par jour, 3 semaines par mois.

    Est-ce une bonne pratique? Je crains prendre trop de minéraux.

    Qu’en pensez-vous?

    Merci à l’avance

    Répondre
  4. Marie-Noël de La bruère

    Je me rends compte qu’il y a beaucoup d’ouvrages sur les aliments acides et basiques mais qu’il y a aussi beaucoup de contradictions…à qui se fier? Avez-vous une référence fiable pour une liste complète des aliments acides et alcalins? Merci.

    Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Marie-Noël,
      La question est complexe parce qu’il y a des erreurs dans les messages que les gourous transmettent.
      La première erreur est de présumer que tous les aliments ont été testés et qu’on peut calibrer une alimentation en fonction de ces mesures. Faux! Il n’y a que très peu d’aliments qui ont été testés.
      2- une diète 100% alcaline est une absurdité. Je crois fermement qu’il faut augmenter les aliments alcalinisants pour réduire l’effet des aliments acidifiants. Par contre, on ne doit pas éliminer les protéines (principaux coupables de l’acidification) parce que sans un apport adéquat de protéines, la maladie guette.
      3- L’urine normale d’une personne en santé varie de légèrement acide (6,8) à un peu plus acide (5), et ce sans qu’il y ait eu de changements notables dans l’alimentation. Rarement, le pH normal sera à 7 ou plus haut. Personne n’a pu prouver qu’en forçant le pH à demeurer alcalin (donc à plus de 7), il n’y aura que des bénéfices. Je postule que certains effets pervers apparaitront, comme une déminéralisation par manque de protéines.
      Le message à retenir est que pour le citoyen moyen (moi inclus), il faut augmenter les apports d’aliments alcalins, mais ce principe ne doit pas supplanter l’équilbre et la variété de la diète.
      Les écrits de Hélène Baribeau à ce sujet sur passeportsante.net sont très intéressants et plein d’un juste équilibre.
      Santé!
      JYD

      Répondre
  5. Marie-Hélène

    Bonjour,
    Très intéressant!
    Par contre, vous ne mentionnez à aucun moment le lien entre les problèmes de peau (eczéma, psoriasis,…) et une alimentation acidifiante. J’ai récemment consulté une naturopathe pour les problèmes de peau de mon fils que tous les médicaments prescrits par les dermatologues soignaient une courte période de temps seulement.
    Cette naturopathe faisait le lien entre eczéma et aliments acides, qu’en pensez-vous?

    Marie-hélène

    Répondre
    1. Christian Arsenault

      En effet, une alimentation acidifiante ouvre la porte à plein de maladies…

      Essayez donc de supprimer le lait… Nous n’avons plus l’enzyme pour digérer le lactose à l’âge adulte…

      Je vous propose une lecture:
      NUTRITION, MENSONGES et PROPAGANDE de Michael Pollan
      Vous apprendrez pourquoi les nutritionistes se trompent et comment l’alimentation moderne nous rend malade.

      Ne vous fiez pas trop au études mais plutôt aux résultats!… Écouter votre corps!

      Répondre
  6. Ping : Préserver son équilibre acido-basique « Association Manger Santé Bio

  7. Marc

    Voilà un discours bien senti et surtout appuyé par des preuves.
    Votre appel au GBS fait plaisir à lire.
    Le rejet de toutes les religions alimentaires également.
    Vous expliquez bien le concept d’acidification versus l’acidose.
    Continuez comme ça.

    Répondre
  8. Jamel Adjou

    J’ai toujours croisé les termes « alcalin », « acidifiant » ou « acide » au cours de mes lectures sans trop savoir ce que c’est ni ce que ça implique. À présent, je le sais.
    Je dormirai moins bête, et ce, grâce à vous 🙂
    Merci !

    Répondre
  9. Martel, Chantal

    Bonjour,

    J’ai des problèmes d’acidité depuis des années. J’ai changé mon alimentation et j’en fais quand même. Facteur stress, émotion ou dérivage de mon régime alimentaire déclanche aussitôt l’acidité. Plusieurs problèmes de santé s’en suivent. Les médecins ne font pas le lien mais moi oui. Tout ce qui est sucre acidifie le corps et je fais de l’hypoglycémie alors je dois manger des fruits parfois et ça empire mon cas. J’aurais besoin de conseils. Côté médical, ça ne fonctionne pas bien. Plusieurs produits pour l’acidité contiennent du sucre ou édulcorant qui acidifie!!! Côté naturel, existe-t-il des produits pour l’acidité efficaces? J’ai besoin d’aide…
    Merci

    Répondre
    1. Christophe

      bonjour je suis dans le même cas que vous … le sucre me donne directement des coup de pompe etc. même le sucre non raffiné et la viande ou le fromage me rendent mal et acide … mais les fruits aussi et même des gros mal de dents comme la pomme par exemple … les légumes passent encore mais ne donnent pas de punch … je suis un peu perdu comme vous … Christophe.

      Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Chantal,
      1- essayez un extrait de réglisse. La réglisse, sans agir sur l’acidité comme telle, améliore la résistance des muqueuses (anti-inflammatoire) et prévient les symptômes.
      2- vous pouvez consulter naturopathe membre de l’ANAQ
      3- l’acuponcture donne aussi des résultats intéressants.
      Santé!

      Répondre
      1. Martel, Chantal

        Merci JY pour tes conseils! Je t’ai vu en conférence et lâche parce que tu aides et inspire beaucoup de gens!

        J’ai essayé l’acuponcture déjà mais mon problème est trop prononcé je crois. Ca n’a pas fonctionné.

        La poudre de petit lait aide pour l’acidité et tout ce qui est vert (chlorophylle). J’en connais qui règle leur problème d’acidité juste avec ça. Mais pas moi malheureusement! Je suis un « cas »! hihi Avoir des sous, j’irai bien en Floride chez Hippocrate!

        Merci encore et bonne fin de journée!

        Répondre
        1. JYD Auteur de l’article

          Bonjour Chantal,
          Merci beaucoup.
          Essaie la réglisse. Ça vaut le coup. Soit en teinture 1 à 2 comptes gouttes avant les repas et au besoin. Soit la DGL en comprimés (habituellement 400mg/co) 1 à 2 co avant les repas.
          Santé!

          Répondre
          1. Martel, Chantal

            Merci encore JY, tu es très gentil de prendre du temps pour nous. S’il y avait plus de gens comme toi, il y aurait un monde meilleur!

            Bonne journée et lâche surtout pas!

            Santé à toi aussi!

        2. Louise B.

          Je ne sais pas si j’ai droit de mentionner une marque mais j’ai un très gros problème d’acidité bien que je ne mange pas acide. Je teste même mes aliments avec des petites languettes de ph 🙂 Je crois que mes reins laissent passer les minéraux. Je prend PH Balance de Pascoe. Ca se trouve en mag. aliments naturels.. Après avoir tout essayé, c’est la seule chose qui remet mon ph à 7 et protège mes articulations. Malheureusement ca ne guérit pas la cause, mais ca rend la vie plus agréable.

          Répondre
      2. julie

        Attention à la reglisse surtout en cas d’acidité chronique. Les baisses de potassium sont plus courante chez les personnes ayant un taux d’acidité plus élevé car l’acide chasse le potassium des cellules. La reglisse provoque des chutes de potassium plus ou moins élevé en fonction des personnes. Pour mon cas 3 bonbons peuvent me faire chuter à un taux à 3.1 et me mettre en arythmie cardiaque. La reglisse n’est également pas conseiller pour les personnes faisant de l’hypertension.

        Répondre
    2. Ludo

      Bonjour, sa fait 2ans que j’ai la maladie de crohn et je suis restée pendant plus 1ans complètement épuisée, je dormait tout les jour!
      Et en 3mois de jus de légume j’avait vraiment retrouvée mon énergie, des jus de légume frais et bio avec un extracteur à jus à 100euro sur internet, avec le livre norman Walker les jus frais de légume.

      Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Pascaud,
      Un seul bémol, cette eau minérale est une des plus riches en sodium. Mais il est tout à fait juste qu’elle fournit à la fois un médium alcalin et des minéraux alcalins.
      Santé!

      Répondre
  10. Danielle

    Bonjour Jean-Yves,

    Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt votre article intitulé: Acidification: mythe ou réalité.

    Une chose m’intrigue cependant, j’ai lu certains articles qui stipulaient que les protéines pouvaient provenir de sources végétales comme les noix, graines, légumes (particulièrement les légumes verts)et qu’il était donc intule de manger de la viande, poisson ou autres produits d’origine animale pour obtenir sa ration quotidienne de protéines. Qu’en pensez-vous?

    Répondre
  11. Martel, Chantal

    Bonjour Jean-Yves,

    Je voudrais savoir s’il peut y avoir interaction avec le « Reméron » si je prends de la réglisse DGL?

    Merci beaucoup!

    Répondre
  12. Brigitte

    Bonjour monsieur Dionne,

    Que pensez-vous du vinaigre de cidre de pommes qui, semblerait-il, pourrait jouer un rôle positif dans l’équilibre acido-basique ?

    Merci

    Répondre
  13. Ping : Vaincre la « mal-a-dit » par une alimentation alcalinisante : Maison du 21e siecle – Le Magazine de la Maison Saine

  14. Ping : Laits végétaux – Le match | LaFaPiDD

  15. lavergne Jocelyne

    bonjour,Conférences et ateliers Jocelyne Lavergne

    .Je suis spécialiste en enseignement de la nourriture anti inflammatoire selon les approches de Dr Catherine Kousmine, Ann Wigmore et Jacqueline Lagacé. De plus j amène a chaque année depuis plusieurs années des gens en cure anti- inflammation anti-acitité a Porto Rico a l’ Institut Ann Wigmore, où une nourriture supportante très alcaline est donnée en cure santé, de même des formations sur place, car pour faire des changements permanents, il faut comprendre ce qui se passe dans la chimie de notre corps. On apprend même à faire des probiotiques maison , ces bactéries amies de l’ Intestin et qui supportent le système immunitaire. Voir Salon Santé Manger et Vivre Vert 2015 Montréal et Québec où je serai présente/ Institut Ann Wigmore de Porto Rico.
    des ateliers sont aussi disponibles dans différentes villes du Québec, je suis un chef mobile pour des groupes qui veulent une formation ( grands malades, associations , DRH des compagnies, écoles, grand public)
    de plus dans certaines succursales de Loblaws, de mars a juin 2015, des ateliers sont offerts.
    voir le site
    http://www.santemotion.com

    Répondre
  16. Jean

    Bonjour,

    Je cherche à comprendre le mécanisme chimique et physiologique par lesquels le jus de citron, acide, devient « par magie? » alcalin.

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjoru Jean
      Rien de magique. C’est la notion de tampon. Souvenez-vous de votre chimie. Un acide faible et un acide fort = une solution au pH assez fixe.
      Acides citriques et ascorbique + acide chlorhydrique = tampon acide.
      L’autre aspect est la quantité de minéraux alcalin (Calcium, magnésium, sodium, potassium) dans le fruit. Une fois métabolisé, ce sont eux, plus que le pH du fruit, qui jouent sur l’équilibre acido-basique du corps.
      Santé!

      Répondre
  17. Eric

    Enfin un article rédigé dans un esprit scientifique, équilibré, ce qui fait défaut à la fois aux illuminés du web, mais aussi au monde médical qui est parfois arrogant, ancré dans ses croyances, et qui refuse de se poser des questions.

    Répondre
  18. Aral

    Quels sont les symptômes d’acidité ?

    L’acidité est appelée acidité latente, c’est-à-dire qu’elle ne se manifeste pas tout de suite après s’être installée. Elle est insidieuse et évolue à bas bruit. Les signes cliniques les plus évidents sont donc assez courants et trompeurs : une fatigue chronique, des douleurs diffuses articulaires, musculaires, tendineuses, une anxiété exacerbée, des crises de colique néphrétique, une perte de musculature…

    D’où provient-elle ?

    Notre organisme n’est pas programmé génétiquement pour gérer, c’est-à-dire assimiler, l’alimentation moderne issue de l’agriculture et de l’industrialisation qui sont assez récentes à l’échelle de l’humanité.

    Il y a une incompatibilité entre nos gènes qui ont peu évolué depuis la préhistoire et notre alimentation moderne.

    L’acidité, production trop élevée d’acides par l’organisme, est liée à notre alimentation moderne qui est trop riche en aliments acidifiants et pas assez riche en aliments basifiants. D’où la rupture de l’équilibre entre les acides et les bases dans notre organisme.

    Mais il existe d’autres causes d’acidification :

    Le stress qui augmente l’acidité par plusieurs mécanismes : le stress répété d’une vie moderne trépidante nous pousse à consommer des aliments acidifiants facilement disponibles et qui « calent ». On constate que ce sont les aliments consommés en priorité par les sujets atteints de compulsions alimentaires. D’autre part, on a constaté qu’un état d’acidité appelé acidose latente est associé à un taux plus élevé de cortisol qui est une des hormones du stress et que le fait de neutraliser cette acidité permet d’abaisser le cortisol.

    De plus, un exercice physique trop intense majore l’acidité alors qu’une activité physique régulière et non soutenue permet d’entretenir l’élimination des acides par la respiration.

    Des régimes extrêmes tels que le jeûne peuvent aussi favoriser l’acidité de l’organisme.

    L’âge est également un facteur d’acidité car la capacité d’élimination des acides par les reins est moins importante.

    Enfin, certaines maladies chroniques telles que l’insuffisance rénale et le diabète favorisent l’acidité.

    Quelle est la différence entre les aliments acidifiants et les aliments basifiants (ou alcalinisants) ?

    Il faut avant tout préciser que les aliments acidifiants n’ont pas un goût acide.

    En effet, il ne s’agit pas de goût mais en fait du résultat de la prise de l’aliment.

    Il suffit de comparer notre corps à une usine : les matières premières (les aliments) entrent dans l’usine pour être ensuite introduites dans un grand fourneau. Dans ce fourneau a lieu une multitude de réactions (le métabolisme) et on aboutit ainsi à un produit final. A la fin de cette chaîne de réactions métaboliques, on trouvera soit des acides, soit des bases. J’insiste sur le fait qu’il s’agit du résultat final d’une « mise en contact » d’un élément de notre environnement avec notre propre corps.

    Les aliments acidifiants sont les protéines animales (viandes, œufs, poissons, produits laitiers), les céréales, les pâtes, le riz, le pain, les noix, les amandes, les cacahuètes et les boissons de type colas et le sel

    .

    Les aliments alcalinisants sont les légumes, les fruits, les pommes de terre, le soja, les noisettes, les épices, le vinaigre, le petit lait, les jus de fruits, bon nombre d’eaux gazeuses, le café et le vin.

    Les aliments neutres sont l’huile d’olive et le sucre.

    Il existe une échelle précise et spécifique du pouvoir acidifiant ou basifiant de chaque aliment.

    Est-on en équilibre acide-base avec notre alimentation d’aujourd’hui ?

    L’alimentation dite moderne fait la part belle aux aliments acidifiants.

    Imaginons la balance acide-base :

    – sur le plateau de gauche, les aliments acidifiants plus nombreux car plus facilement disponibles, plus rapides à préparer et à cuisiner et souvent moins onéreux.

    – sur le plateau de droite, les aliments basifiants ou alcalinisants dont la consommation a peu à peu diminué au fil des siècles car, pour la plupart, ils ne font pas partie de la panoplie alimentaire de l’homme pressé.

    C’est donc assez logiquement que nous constatons que ce déséquilibre de la balance se répercute sur l’assiette pour donner finalement un déséquilibre acide-base dans notre organisme.

    De plus, cette alimentation moderne acidifiante génère d’autres problèmes que le déséquilibre acide-base lui-même car elle favorise les maladies cardio-vasculaires, le diabète, le surpoids et elle pourrait être impliquée dans la survenue de certaines maladies dégénératives. Toutes ces maladies chroniques sont des « maladies de civilisation ».

    Comment fait-on le diagnostic d’état d’acidose latente ?

    L’interrogatoire est un élément précieux du diagnostic car le Professeur Thomas Remer de l’Institut de recherche en nutrition infantile de Dortmund en Allemagne a élaboré le PRAL (potential renal acid load).

    Il s’agit d’un indice, donc d’un chiffre, qui varie en fonction du contenu en minéraux de chaque aliment et qui traduit le potentiel d’acidité ou au contraire d’alcalinité généré par l’introduction de cet aliment dans l’organisme.

    Par ailleurs, on peut utiliser des bandelettes pour mesurer le niveau d’acidité urinaire à condition de répéter les mesures plusieurs fois par jour pendant plusieurs jours.

    L’excrétion nette acide est un examen plus précis qui repose sur les urines émises pendant 24 heures et se pratique en laboratoire spécialisé.

    Quels sont les dégâts provoqués par l’acidité latente ?

    Les observations et les recherches ont montré en premier lieu des dégâts osseux. En effet, notre corps est équipé de systèmes de neutralisation de l’acidité appelés systèmes tampons. Ceux-ci ont pour rôle essentiel de maintenir l’acidité du sang à un taux très stable faute de quoi notre vie serait en danger immédiat.

    Lorsque ces tampons sont débordés l’organisme trouve une nouvelle parade : l’os, réservoir de minéraux, va relâcher ses minéraux alcalins (ou basiques) pour neutraliser les acides. De plus, la résorption osseuse par les ostéoclastes est stimulée en milieu acide.

    Ainsi, les os vont se déminéraliser petit à petit pour aboutir à l’ostéoporose qui correspond à une perte de structure des os et à un risque élevé de fracture.

    Parallèlement à ce phénomène, on assiste à une perte de la masse musculaire car certains acides aminés des muscles jouent également un rôle de neutralisation.

    Enfin, on constate plus souvent des calculs urinaires chez les sujets en acidose latente car les reins sont des organes d’élimination des acides.

    Quels sont les facteurs d’environnement qui augmentent l’acidité ?

    Il faut noter que notre environnement naturel à tendance à s’acidifier lui aussi. Les pluies acides et l’acidification des océans en sont d’excellents exemples d’actualité. C’est une des signatures de l’industrialisation et de la modernisation sans réflexion suffisante et nous en avons donc la responsabilité.

    Nos aliments sont de plus en plus pauvres en sels minéraux : la qualité des sols ne cesse de se dégrader à cause des pluies acides et la production agricole intensive ainsi que l’industrie alimentaire « lessivent » les aliments.

    L’acidification des océans est un phénomène proche de celle des hommes car les organismes marins riches en minéraux tels que les coraux et les mollusques se déminéralisent eux aussi avec un risque de perturbation de la chaîne alimentaire et de conséquences écologiques.

    L’être humain est en interaction constante avec son environnement et tout ceci nous fait penser que cette connexion est intime.

    Quels sont donc mes conseils pour rétablir l’équilibre acide-base ?

    Il s’agit avant tout d’apprendre à compenser à chaque repas le volume d’aliments acidifiants par un volume supérieur d’aliments alcalinisants : c’est la règle d’or des 70 /30 de la méthode acide-base. Cette règle est purement visuelle et elle consiste à mettre dans notre assiette 70% d’aliments alcalinisants et 30% d’aliments acidifiants au lieu de faire comme bien souvent le contraire.

    Les aliments « stars » les plus alcalinisants sont parmi les fruits, les raisins secs, les figues sèches, le cassis, la banane, l’abricot et le kiwi, et parmi les légumes, les épinards, le persil, le chou frisé, le chou-rave et le céleri.

    Il faut réduire la proportion de fromages, de protéines animales et de céréales et penser à en compenser systématiquement l’effet acidifiant par des aliments alcalinisants. Les protéines végétales telles que le soja constituent une bonne option d’échange.

    Mais sachez qu’une quantité minimale de protéines est nécessaire pour la croissance et la vie : sans protéine, il n’y a pas de vie.

    Par exemple, le repas classique steak haché, pâtes, parmesan est hyperacidifiant et peut être remplacé par des pâtes avec des légumes comme on le voit souvent en Italie ou bien par un steak et des légumes. Il faut rajouter un fruit en dessert afin de compenser l’acidité.

    Et notre grand classique de l’étudiant ou de l’homme moderne pressé qu’est le sandwiche jambon-beurre-fromage ? Il pourrait laisser la place à une salade avec une protéine telle que l’œuf, le jambon ou le poulet et être lui aussi accompagné d’un fruit. Il faut penser à emporter avec soi quelques fruits secs qui sauront neutraliser par leur puissant effet alcalinisant les effets acidifiants de votre repas.

    Boire des eaux riches en bicarbonates accentue l’alcalinisation de l’organisme. Ces eaux sont le plus souvent pétillantes et peuvent être consommées à raison de 2 ou 3 verres par jour en plus de votre bouteille d’eau minérale habituelle.

    Eviter les sodas de type colas qui sont acidifiants.

    Savoir éviter les aliments trop salés est aussi important car le sel est acidifiant et favorise la fuite de calcium urinaire donc il faut éviter par exemple les charcuteries pour leur contenu en protéines animales et en sel.

    Attention à la cuisson des aliments car des légumes trop cuits auront tendance à perdre leurs vitamines, minéraux et oligoéléments. Or, ce sont les minéraux des légumes qui conditionnent leur pouvoir alcalinisant. Donc privilégiez les légumes crus sous forme de salades à chaque repas.

    Je préconise de privilégier les fruits et légumes bio car ils sont cultivés sans apports de substances chimiques et car les engrais sont naturels. Les sols sont aussi importants car les végétaux y prennent leur substances nutritives, en l’occurrence les minéraux alcalinisants. Le soir, il est facile de recharger l’organisme en bases par une variété d’aliments alcalinisants tels qu’une soupe chaude de légumes et une salade de légumes crus et/ou cuits que l’on pourra associer à des protéines.

    Une fois par semaine, on peut organiser un repas ou une journée uniquement alcaline à base de légumes et de fruits.

    Il faut boire au moins 1,5 litre d’eau par jour afin de stimuler la fonction d’élimination des acides par les reins.

    Les conseils de mode de vie portent sur l’activité physique régulière en endurance telle que la marche, le jogging ou la natation toutefois sans surmenage, par exemple sans atteindre le stade de crampes musculaires ou de fatigue anormale. 45 minutes à 1 heure d’exercice 3 fois par semaine permettent de stimuler l’élimination pulmonaire et cutanée des acides.

    La gestion du stress est essentielle pour diminuer le taux de cortisol et favoriser une respiration efficace. Des exercices de méditation, des séances de massages et de drainages ainsi que des activités de loisirs en plein air sont ainsi tout à fait utiles pour compléter les mesures nutritionnelles.

    Les compléments nutritionnels alcalinisants sont riches en éléments nutritifs alcalins des fruits et légumes d’où leur intérêt pour rétablir l’équilibre acide-base. Ils permettent de tamponner l’excès d’acides afin d’éviter les conséquences négatives de l’acidité.

    Des études cliniques ont montré leur efficacité dans les douleurs lombaires et celles de la polyarthrite rhumatoïde D’autres études ont montré les effets bénéfiques sur l’os des suppléments alcalinisants dans différentes populations.

    Il faut comprendre que la compensation est le maître mot de l’équilibre acide-base et qu’il suffit simplement de raisonner acide-base dans la vie quotidienne pour prévenir les effets de l’acidité sur notre organisme.

    Penser et agir acide-base, c’est cesser de se maltraiter intérieurement et de maltraiter notre environnement.

    Docteur Hervé Grosgogeat

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Aral
      je me demande pourquoi vous avez recopié ce texte du Dr Grosgogeat qui ne fait que redire ce que je dis dans le texte ? Pas besoin d’une méthode pour comprendre le principe et l’appliquer. Mon texte est adapté de mon livre SOS Os, des os solides à tout âge, publié en 2008.
      Santé!

      Répondre
  19. Eric

    Bonjour jyd ! J ai une question legerement hors sujet mais qui est tres importante pour moi! Mon gastro enterelogue ma prescrit du nexium 40 mg et du dome peridone 3x pj ! Je suis diagnoatiquer avec une dyspepsie fonctionnel suite a un prise de Ains prolongé. Ma question est ece qu il est vrai que les IPP comme le nexium inhibe completement l acide chloridrique d une facon irreversible meme apres l arret du medicament et celle si et necessaire a la digestion ? Si oui j usqua combien de temp peut on en prendre au maximum en moyenne avant que ca devienne irreversible 2 mois ,4 mois , 1 ans ? Mon medecins aimerait que j en prenne aumoin pendant 1 ans . Je veu suivre le traitement le plus longtemp possible avant de me tourner vers les produit naturelle mais je ne veu pas garder de sequelle non plus ! Merci beaucoups pour votres patience 🙂

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Éric
      Non, l’inhibition n’est pas irréversible. Le problème des IPP est à long terme parce qu’ils inhibent l’absorption de nutriments clés com cela B12 et le calcium. Mais un an n’est pas dangereux.
      Par contre, il faut aussi savoir qu’il y a d’autres produits pour cette indication, comme le Iberogast.
      Santé!

      Répondre
  20. Éric

    Ok merci beaucoup vous me rassurer ! Après mon traitement de nexium je me tournerai vers l’ iberogast ! Pour l’instant ece que je devrait prendre des multivitamines et calcium pendant le traitemnt de ipp meme si j ai une alimentation tres comlète J’ai fais le calcul une fois pour m’amuser et je mange près de 400 mg de magnesium juste au déjeuner et environ 700mg par jour alors j imaginer je ne manque pas de vitamines ni de calcium non plus !

    Répondre
    1. Éric

      Bonjour, j’ai oubliier de vos dire j ai souvent des coups de couteaux dans dans le foie ca me réveille parfois la nuit et parfois sensation d etre gonfler du coter droit en plus de la dypepsie fonctionelle ! Les enzymes et tout avec les prises de sang semble normal. j ai passer un scan abdominal et le rapport écrit (le foie demontre une petite hypodensité de 7 x 13 mm en axial par 14 mm en cranicaudal localisé a la a la jonctions de segments 2. 3 et 4 le reste du foie est sans particularité. Tout le reste de l abdomen est sans particularité par ailleurs ! Opinion :petie hypodensité hépatique pouvant représenter de la stéatose focale. une corrélation echographique est recommandé ! Je fais appel a vous car les médecin mon dit que tout etait beau et je vien de lire le rapport ! J ai ces coups de couteau depuis l age de 12 ans et j’ ai consommer bcp d alcool et de drogue en pillule entre 17 et 24 ans je ne touche plus a rien je suis sportif et j ai un alimentation parfaitment équilibré ! existe t-il de solution a un t-elle probleme et ece que je risque d endoamager mon foie si je prend des médicament sur prescriptions ? J’ ai deja passer des echographie abdo il y a 2 ans et c’ etait normal !

      Répondre
      1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

        Bonjour Éric
        Plusieurs suggestions. Mais il faudrait soit une consultation soit un abonnement au forum
        Veuillez noter que je réponds désormais aux questions personnelles, à propos de votre santé et/ou d’interactions entre les produits naturels et les médicaments, exclusivement sur le forum. Pour plus d’information :
        http://www.jydionne.com/forum/
        Merci de votre compréhension,

        Répondre
    2. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Éric
      le seul véritable problème chez quelqu’un qui mange très bien sera la vitamine B12 qui est inhibée par l’IPP »
      Santé!

      Répondre
  21. Guillaume Labesse

    Bonjour JYD,
    Merci pour ce petit article sympathique.
    Je voulais savoir par quels mécanismes, l’acidité du corps due à l’alimentation amenait l’organisme à puiser dans les os.
    J’ai bien saisi les mécanismes au niveau de la circulation sanguine ( un acide ionisé en une base + un proton puis cette base anionique se lie à un cation comme le calcium )
    Seulement, le calcium et le magnésium des os ne sont bien entendu pas dans le sang à l’origine.
    En gros, comment sont ils délogés des os pour arriver dans le sang ??
    Au passage, voici si vous désirez le lire un échange que j’avais eu avec des membres d’un forum scientifique. Je vous laisse seul juge. Juste pour info, j’ai exagéré en cours de discussion certains paramètres de ma vie pour estimer les réactions. ( Pseudo GusTanqiKeen ca veut tout dire lol )

    Bien à vous

    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjP78H9m7PJAhUFLhoKHcP4AQ8QFggcMAA&url=http%3A%2F%2Fforums.futura-sciences.com%2Fsante-medecine-generale%2F511928-eau-alcaline-anti-oxydante-info-intox.html&usg=AFQjCNEa–5mAmhkuvBkz6AU1odgbyxh_Q&bvm=bv.108194040,d.d2s

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Guillaume
      Il ya tout un processus pour expliquer.
      1- le calcium dans les os n’est pas fixe. Il est là, entre autres, comme réserve pour assurer les réactions métaboliques.
      2- S’il y a une baisse de Ca, la parathyroïde sécrète une hormone, la PTH, qui stimule les ostéoclastes des os à dégrader la matrice pour libérer du Ca dans la circulation.
      3- au niveau du rein, le tampon carbonate/phosphate s’équilibre avec le contenu en Ca, Mg, Na, K. Vos échanges avec les scientistes de ce site montrent le manque de compréhension de ce phénomène.
      4- oui, à l’origine les minéraux sont dans la circulation (après absorption intestinale) et sont fixé dans la matrice osseuse, tant pour la fonction motrice/support que pour la fonction réserve. C’est d’ailleurs pourquoi les astronautes se déminéralisent en apesanteur
      Santé!

      Répondre
      1. Labesse

        Bonjour JY,
        Désolé tout d’abord d’avoir omis de vous répondre ( cela fait plus d’un an ).
        « au niveau du rein, le tampon carbonate/phosphate s’équilibre avec le contenu en Ca, Mg, Na, K. Vos échanges avec les scientistes de ce site montrent le manque de compréhension de ce phénomène. »
        Pourriez vous m’en dire plus ? L’excrétion et la réabsorption des HCO3 se fait donc en fonction du taux de minéraux Ca Mg… présents dans la circulation, comment ?
        Les protons H+ en excès sont neutralisés par les HCO3 de la circulation secrétés par le rein et en plus grande quantité si besoin.
        La question qui m’est venue en comprenant ce principe est :
        la surcharge en ion H+ ( acidité excessive par alimentation par exemple) ne va t elle pas mettre trop à contribution les reins et les « fatiguer » ?

        une autre question : pour être neutralisés par les HCO3, les H+ doivent être présents dans la circulation sanguine, or les H+ ingérés passent ils tous dans la circulation ( absorption intestinale ) ?
        Si ce n’est pas le cas comment sont ils alors neutralisés puis éliminés ?

        En vous remerciant d’avance de votre réponse.

        Cordialement
        santé !

        Guillaume

        Répondre
        1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

          Bonjour Guillaume
          le premier point à considérer est que tout aliment passe par un milieu très acide, l’estomac où le pH varie entre 1 et 4-5 selon les aliments.
          Les aliments une fois digérés sont absorbés et métabolisés. Ils vont produire des déchets métaboliques. Les principaux sont le CO2 et H2O. le CO2 en solution créera un équilibre avec l’acide carbonique H2CO3 (ou si vous préférez CO2 + H2O). Cet équilibre est contrôlé par le rein et le poumon. Pour maintenir l’équilibre voulu du pH sanguin à 7,4 (+/- 0,04), le rein via l’action de la Parathormone (PTH) et du métabolite de la vitamine D (Calcitriol) utilisera les stocks de minéraux alcalins provenant d’abord de l’alimentation (aussi nommé les cendres alimentaires = minéraux) et s’il n’en a pas suffisamment, ceux des réserves alias les os.
          C’est là que l’équilibre est important. Si mon alimentation ne me fournit pas suffisamment de minéraux alcalins, alors je puise dans mes réserves (les os par l’action des 2 hormones). Si mon alimentation me fournit suffisamment de minéraux, alors pas de problème.
          Notez que le pH du sang est étroitement controlé.
          Les excès d’acides seront éliminés par le rein. C’est pourquoi si votre alimentation est trop « acidifiante » votre urine sera plus acide et vous éliminerez plus de minéraux.
          J’espère que c’est plus clair
          Santé!

          Répondre
          1. Guillaume Labesse

            Bonjour Jean Yves,

            Oui c’est plus clair pour moi.
            J’avais en fait mélanger 2 phénomènes.

            Si j’ai bien compris, l’acidité est neutralisé par 2 phénomènes distincts mais liés :
            L’acide est ionisé/dissocié en son proton H+ et son anion alcalin selon le couple acide/base qui s’y réfère.

            D’une part, les protons H+ sont neutralisés par les bicarbonates HCO3- produits par le rein ( système tampon).

            D’autre part, l’anion alcalin réagit avec les minéraux (cations) du sang qui proviennent éventuellement des réserves.

            Donc s’il y a beaucoup d’ions de ce type qui rentrent dans l’organisme via l’ingestion d’aliments acides ce dernier devra compenser en utilisant les mécanismes que vous avez décrits.

            Et effectivement, je comprends mieux l’introduction de l’article désormais.
            « «Acide ou non, aucun aliment n’influence le degré d’acidité du sang ou des cellules de votre organisme.»[…] Parce que les pH sanguin et cellulaire ne changent pas, on en déduit que l’acidification est un mythe!

            Il doit y avoir une confusion des termes.
            Il n’y a pas d’acidose « réelle » ou effective car le pH sanguin ne change pas ou très peu mais une acidification par l’apport de molécules acides qui ne sont pas sans conséquences sur l’organisme.

          2. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

            Bonjour Guillaume
            Tout à fait. Ce n’est pas le pH du sanguin mais plutôt l’effort que le corps fait pour le conserver qui est important
            Santé!

          3. Guillaume Labesse

            oui exactement.

            Questions subsidiaires.
            Certains acides et leur bases conjuguées/anions alcalins échappent ils à cette règle ( Se combinent ils tous à un cation minéral ?Métabolisation différente ? etc) ?
            On lit souvent que les citrates sont alcalinisant, pourquoi ?
            En effet, tous les anions issus de la dissociation d’acides organiques sont alcalins mais lesquels sont alcalinisant ?

          4. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

            Bonjour Guillaume
            Difficile de répondre. Cette notion d’alcalinisant s’applique aux aliments, beaucoup moins aux composés. Ainsi, on considère que le jus de citron est relativement alcalinisant, selon la dose. Mais est-ce qu’un citrate le sera ? Ça dépendra du minéral. Si on parle d’un citrate de potassium ou de magnésium, alors oui. Mais le sodium étant plus soluble, logiquement, il sera moins alcalinisant.
            Mais souvenez-vous que la notion d’alcalinisation est très relative et s’applique aux aliments complets (présence de minéraux alcalins)
            Santé!

  22. Lilly

    Bonjour Jean-Yves,

    Article remarquable et fort bien expliqué « pour tout le monde » merci 🙂

    Pour une personne en insuffisance rénale modérée (et cardiaque) et sujette à la goutte je me demandais si la prise de ce produit était déconseillée? (en complément des bandelettes urinaires de contrôle)
    http://www.maboutiqueonaturel.com/produit-alcabase-poudre-250-gr-dr-theiss,2459.html
    Les avis pour la grande majorité sont favorables et enthousiastes, ça donne envie d’y croire et d’espérer, mais votre avis sera le bon.
    Merci!

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Lilly
      Alcabase est intéressant et sans risque. Sera-t-il suffisant ? je ne crois pas. mais utile.
      Votre meilleur allié dans la prévention de la goutte est de couper les sources de fructose.
      Au niveau alimentaire, pour l’équilibre acidobasique, les légumes verts sont vos meilleurs amis.
      Santé!

      Répondre
  23. Nadia fila

    Bonjour
    J’ai un pH élevé ( 7,47)et un medecin en France m’a confirmé que je souffre D’ alcalose respiratoire . Ma principale symptôme est une fatigue intense et une asthénie qui perdure depuis deux ans. Le dit medecin m’a conseillé de manger une alimentation qui augmente l’acidité dans le corps ex: laitages, œufs,tomates, oignons,légumes secs, abricots…. A votre avis que dois faire? Et c’est qoui la cause de mon « alcalinité »
    Si vous avez un remède, je l’achèterai volontiers
    Merci de me répondre
    Nadia

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Nadia
      Difficile à dire de si loin. Si vous souffrez d’une alcalose respiratoire, est-ce que vous hyperventilez ? Peut-être aussi avez-vous certaines carences alimentaires qui expliquerait votre fatigue. Il serait intéressant d’avoir un autre avis médical. Ou encore de voir un naturopathe
      Santé!

      Répondre
    2. Nadia

      Bonjour
      Je souffre d’une fatigue intense, extrême
      Résultats médicaux normaux.
      Un medecin m’a dit alcalose respiratoire
      J’aimerais savoir si vous avez réglé votre probleme et de quelle façon merci de me répondre

      Répondre
    3. Sadia

      J’ai envoyé le courriel a madame Nadia fila pour savoir si elle a réglé son probleme D’ alcalose respiratoire
      J’aimerais vous consulter pour ce probléme
      Fatigue intense sans autres symptômes
      J’ai consulté un psychologue
      Un cardiologue
      Un endocrinologue
      Une gynécologue ( ‘homonothérapie substutive m’a rendu plus malade. Je n’ai pas supporté l’estradiol: palpitations, essoufflement, faiblesse)
      Un chirurgien dentiste ( car j’ai des dents dévitalisées, couronnés et infectées) j’ai faîtes extraire 4dents dévitalisées. Il me reste une qui est infectée mais pas douloureuse que je vais extraire le 29 septembres.
      Mais je n’ai aucune douleur ( le dentiste les a vu sur une radiographie panoramique.
      Si vous pouvez m’aider
      J’ai déjà pris rendez vous avec vous mais j’étais trop fatiguée pour me déplacer
      La , je pense je peux me déplacer juste le matin.
      Pm: trop fatiguée
      Mon medecin ne sait plus qoui penser 😳
      J’attends votre réponse
      Merci

      Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Ruel
      Si vous le voulez, 1 cuil. à thé dans un verre d’eau, loin des repas, 1 à 2 fois par jour. Ajustez selon la réponse au niveau du pH urinaire.
      Santé!

      Répondre
  24. Jean

    Bonjour JYD. Cela fais 1 mois que je prend des antibiotiques (minocycline) et la dermatologue veut que j’ en prenne pour deux mois encore mais je commence à avoir beaucoup de brulures d’ estomac et dyspesie. Je voulais commencer a boire de la réglisse alors je me demandais si il y avait une contre idication a prendre de la réglisse avec la minocycline et sinon faut il l espacer de deux heurs ou je peu la prendre en meme temps que l’ antibiotique ? Merci d’ avance pour votre réponse.

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Jean
      Il n’y a pas d’interaction entre les deux. C’est une bonne idée pour aider votre estomac. Attention simplement à la surdose. 1 tasse 3 fois par jour en tisane est correct. Plus que ça serait trop
      Santé!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *